John Mueller de Google clarifie la sélection des sources canoniques pour le classement des contenus syndiqués

Dans l’effervescent monde du SEO, chaque mise Ă  jour, chaque recommandation Ă©manant des grandes sphĂšres de Google engendre des vagues de questions, de suppositions, et parfois mĂȘme, des stratĂ©gies revues de A Ă  Z. Aujourd’hui, nous nous plongeons dans une rĂ©vĂ©lation qui a suscitĂ© bien des interrogations : la façon dont les contenus syndiquĂ©s sont apprĂ©hendĂ©s par l’algorithme de Google et la sĂ©lection des sources canoniques. John Mueller, figure emblĂ©matique de chez Google, nous a Ă©clairĂ©s un peu plus sur ce sujet nĂ©buleux.

La Question de la Syndication et des Signaux SEO

Pour commencer, plongeons-nous dans le contexte. La syndication de contenu, c’est cette pratique qui consiste Ă  republier un article original sur plusieurs sites partenaires, souvent pour atteindre un public plus large. Mais alors, si Google dĂ©cide de choisir la version du partenaire comme Ă©tant la source canonique, la version originale perd-elle toute sa valeur SEO ? Autrement dit, est-ce que tous les signaux SEO, qu’ils soient liĂ©s aux liens entrants (link signals), Ă  l’expĂ©rience utilisateur (UX signals), ou aux rĂ©actions sur les rĂ©seaux sociaux (social media signals), sont-ils consolidĂ©s au profit de l’URL du partenaire plutĂŽt que celle de l’Ă©diteur original ?

Les RĂ©ponses de John Mueller

John Mueller a apportĂ© quelques lumiĂšres sur cette question complexe. Sa rĂ©ponse, bien que lacunaire sur certains points, indique que si une page est reconnue comme canonique par Google, c’est cette derniĂšre qui sera la plus Ă  mĂȘme d’ĂȘtre rĂ©compensĂ©e par les systĂšmes de classement de Google. Cependant, il ne prĂ©cise pas quels signaux sont effectivement utilisĂ©s par Google. Ce qu’on peut en dĂ©duire, c’est que la reconnaissance en tant que source canonique est d’une importance capitale.

La Pratique Recommandée par Google

Dans ce thĂ©Ăątre d’opĂ©rations SEO, Google a changĂ© de script. La recommandation actuelle est que, pour Ă©viter la duplication par les partenaires de syndication, il n’est plus conseillĂ© d’utiliser l’Ă©lĂ©ment de lien canonique. En effet, les articles syndiquĂ©s diffĂšrent souvent de maniĂšre significative du contenu original. La nouvelle pratique suggĂ©rĂ©e est plutĂŽt que les partenaires utilisent des balises meta pour empĂȘcher l’indexation de leur version du contenu.

Clarification et Malentendus

Il semble que la question ait engendrĂ© certains malentendus, Ă  tel point que Google a dĂ» intervenir pour clarifier la situation. L’idĂ©e maĂźtresse est que Google pourrait consolider les signaux de classement de l’URL d’un partenaire de syndication si l’Ă©diteur original ne s’est pas assurĂ© que ses partenaires utilisent la balise ‘noindex’ comme recommandĂ©. Ceci, pour Ă©viter que le contenu syndiquĂ© ne surclasse l’original.

La raison pour laquelle la balise ‘noindex’ est prĂ©fĂ©rĂ©e Ă  la canonicalisation inter-domaines est simple : elle permet d’Ă©viter toute confusion potentielle. Avec ‘noindex’, le contenu syndiquĂ© ne peut tout simplement pas ĂȘtre classĂ©.

La Question des Signaux de Liens

L’Ă©change a Ă©galement ouvert une nouvelle voie de rĂ©flexion concernant la syndication de contenu comme tactique de construction de liens. L’idĂ©e serait de syndiquer du contenu auprĂšs de partenaires qui Ă©tabliraient ensuite des canonicals inter-domaines, de sorte que tous les liens acquis par les partenaires syndiquĂ©s seraient crĂ©ditĂ©s Ă  l’Ă©diteur original. Cependant, Google semble avoir pris position contre cette pratique, prĂ©fĂ©rant que les liens acquis par les partenaires syndiquĂ©s restent avec eux.

Les DĂ©fis de la Canonicalisation Cross-Domain

Pourquoi Google se montre-t-il si rĂ©ticent Ă  laisser les signaux de classement passer de partenaires de syndication Ă  l’Ă©diteur original ? La rĂ©ponse rĂ©side dans le fait qu’un partenaire de syndication tel que Yahoo apporte Ă  un article sa propre autoritĂ©, sa fiabilitĂ© et sa popularitĂ©, acquises au fil des dĂ©cennies. Si Google permettait le transfert de ces signaux, l’Ă©diteur original bĂ©nĂ©ficierait indĂ»ment de l’autoritĂ© et de la portĂ©e du partenaire de syndication.

La Politique Anti-Spam de Google

Enfin, Google a Ă©voquĂ© sa politique anti-spam, soulignant que la syndication de contenu dans le but d’acquĂ©rir des liens pourrait s’en approcher. Il s’agit d’une ligne de conduite que les Ă©diteurs et les partenaires de syndication doivent garder Ă  l’esprit pour rester dans les bonnes grĂąces de l’algorithme de Google.

Conclusion : Naviguer dans les Eaux de la Syndication

Alors, que retenir de cette plongĂ©e dans les dĂ©dales du SEO et de la syndication de contenu ? Il est clair que la sĂ©lection des sources canoniques est un processus complexe chez Google et que la reconnaissance de la version canonique d’un contenu est essentielle pour en rĂ©colter les bĂ©nĂ©fices SEO. Les Ă©diteurs doivent donc agir avec prudence, en utilisant la balise ‘noindex’ pour Ă©viter que le contenu syndiquĂ© ne prenne le dessus sur l’original. Et, comme toujours, la qualitĂ© et l’autoritĂ© du contenu restent les stars du show, dictant le succĂšs dans l’arĂšne impitoyable des SERP.

Pour voguer sereinement sur ces eaux parfois troubles, la clĂ© rĂ©side dans une comprĂ©hension prĂ©cise des recommandations de Google et dans une stratĂ©gie SEO rĂ©flĂ©chie qui met l’accent sur l’originalitĂ© et la valeur ajoutĂ©e du contenu. En suivant le cap tracĂ© par les experts et en adaptant vos pratiques, votre contenu ne manquera pas de briller sous les projecteurs de Google, sans craindre d’ĂȘtre Ă©clipsĂ© par ses rĂ©pliques syndiquĂ©es.

FAQ

Qu’advient-il des signaux associĂ©s Ă  un contenu syndiquĂ© lorsque Google choisit un partenaire comme source canonique plutĂŽt que l’Ă©diteur original ?

Lorsque Google identifie une page comme canonique, c’est gĂ©nĂ©ralement cette page qui est privilĂ©giĂ©e par les systĂšmes de classement de Google. Si un contenu syndiquĂ© est reconnu comme canonique sur le site d’un partenaire, mĂȘme si celui-ci pointe vers la source originale, les signaux de rĂ©fĂ©rencement (SEO) peuvent ĂȘtre consolidĂ©s Ă  l’URL du partenaire.

Quels types de signaux sont affectĂ©s lors de la sĂ©lection d’une source canonique dans le cas de contenus syndiquĂ©s ?

John Mueller de Google a dĂ©clarĂ© que tous les Ă©lĂ©ments mentionnĂ©s ne sont pas nĂ©cessairement utilisĂ©s par Google pour le rĂ©fĂ©rencement. Cela concerne les signaux de lien, les signaux d’expĂ©rience utilisateur (UX) et les signaux de mĂ©dias sociaux. Cependant, il n’a pas prĂ©cisĂ© quels Ă©lĂ©ments de cette liste sont ou ne sont pas utilisĂ©s.

Google a-t-il une politique concernant l’utilisation de balises canoniques inter-domaines pour les contenus syndiquĂ©s ?

Oui, Google a changĂ© sa recommandation concernant les balises canoniques inter-domaines. Au lieu d’utiliser ces balises pour le contenu syndiquĂ©, Google suggĂšre dĂ©sormais que les sites partenaires utilisent la balise mĂ©ta « noindex » pour empĂȘcher l’indexation de leur contenu, afin que les signaux de lien soient attribuĂ©s Ă  l’Ă©diteur original et non au partenaire de syndication.

Que recommande Google pour Ă©viter la duplication par les partenaires de syndication ?

Google recommande de ne pas utiliser l’Ă©lĂ©ment de lien canonique pour Ă©viter la duplication de contenu par les partenaires de syndication, car les articles syndiquĂ©s peuvent ĂȘtre trĂšs diffĂ©rents des articles originaux. À la place, il est suggĂ©rĂ© que les partenaires utilisent des balises mĂ©ta pour bloquer l’indexation du contenu.

Quelles mesures les Ă©diteurs de contenu d’origine peuvent-ils prendre pour s’assurer que les signaux de rĂ©fĂ©rencement leur soient attribuĂ©s plutĂŽt qu’aux partenaires de syndication ?

Les Ă©diteurs de contenu d’origine sont invitĂ©s Ă  s’assurer que leurs partenaires de syndication ajoutent une balise « noindex » aux articles syndiquĂ©s. Cette pratique est recommandĂ©e plutĂŽt que de s’appuyer uniquement sur les balises canoniques inter-domaines pour prĂ©venir toute confusion et garantir que le contenu syndiquĂ© ne puisse pas ĂȘtre mieux classĂ© que l’original dans les rĂ©sultats de recherche.

Retour en haut