Prévisions pour l’intelligence artificielle en 2024 : les tendances à surveiller

L’année 2024 se profile comme une autre année exceptionnelle pour l’intelligence artificielle (IA). Faire des prévisions est toujours délicat, surtout dans une industrie qui évolue aussi rapidement que l’IA. Il semble néanmoins utile, au seuil d’une nouvelle année, de réfléchir aux progrès réalisés par l’IA au cours des douze derniers mois et d’anticiper ce que cette technologie pourrait nous réserver en 2024. L’année 2023 a sans aucun doute été une année cruciale pour l’IA, mais les inquiétudes et les spéculations ont souvent dominé les gros titres.

L’essor de la peur de l’IA en 2023

L’année 2023 a vu la montée en puissance des « doomistes » de l’IA, ces commentateurs du web qui, comme Eliezer Yudkowsky, se sont fait connaître en avertissant que l’IA présente des risques existentiels pour l’humanité. Cette atmosphère de pessimisme a été exacerbée par la publication d’une lettre ouverte de hauts responsables de l’industrie technologique, qui appelaient à une pause de six mois sur les recherches en IA les plus avancées afin que les experts puissent évaluer les risques et établir des protocoles de sécurité.

Quelle que soit la pertinence de ces propositions, il est peu probable que le développement de l’IA soit mis en pause de sitôt. Même si politiquement, il était envisageable de stopper les progrès, ce serait une erreur stratégique, qui mettrait les démocraties occidentales en position de faiblesse par rapport à des adversaires tels que la Russie et la Chine.

Les risques liés à l’IA et les défis de la réglementation

Bien sûr, de nombreux risques liés à l’IA sont réels et doivent être pris au sérieux. Les implications de l’IA sur la sécurité nationale sont peut-être la plus grande source d’inquiétude. L’IA permettra de nouvelles formes de cyber-guerre visant les infrastructures critiques, pourrait faciliter le développement d’armes biologiques et chimiques dangereuses et propulsera la guerre de l’information vers de nouveaux horizons grâce à des propagandes avancées et des deepfakes.

Un autre défi majeur en 2024 sera le débat entre les systèmes d’IA ouverts et fermés. Ironiquement, OpenAI et sa filiale Anthropic représentent désormais des modèles fermés et opaques, tandis que des entreprises comme Meta prônent l’ouverture. La réglementation jouera un rôle majeur dans la détermination de la prévalence des systèmes opaques, comme ChatGPT, ou transparents, comme LLaMa de Meta.

  OpenAI renforce son équipe de sécurité pour mieux gérer les risques liés à l'IA

Les enjeux de la propriété intellectuelle et de l’énergie

En 2024, nous pourrons également nous attendre à d’intenses débats juridiques et réglementaires autour des questions de propriété intellectuelle. Un exemple marquant est le procès intenté par le New York Times contre OpenAI et Microsoft pour violation de droits d’auteur. Le journal accuse les deux entreprises d’avoir utilisé ses articles pour entraîner leurs algorithmes d’IA.

Enfin, un autre sujet de discorde sera l’augmentation de la consommation d’énergie par l’industrie, compte tenu du fait que les modèles d’IA nécessitent d’énormes centres de données pour fonctionner, et que ceux-ci consomment beaucoup d’électricité. Le débat sur l’utilisation de l’énergie par l’IA risque fort de ressembler à ceux qui entourent l’impact environnemental de l’extraction des cryptomonnaies.

L’IA en 2024 : entre opportunités et défis

En dépit de ces controverses, nous pouvons espérer que 2024 sera l’année où la rationalité et la nuance reprendront le devant de la scène dans la politique de l’IA. L’Amérique et l’Europe peuvent encore élaborer des stratégies de gouvernance prudentes qui protègent la liberté tout en sécurisant les avantages de l’IA.

L’optimisme aveugle et le pessimisme paralysant entravent la recherche de solutions réfléchies. Les enjeux sont énormes, mais les possibilités le sont tout autant. L’année 2024 promet d’être une année charnière alors que la société lutte avec le double tranchant de l’IA.

L’immersion de la réalité augmentée en 2024

Dans l’industrie de la technologie, la réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (VR) sont des termes familiers. Ces technologies ont le potentiel de transformer radicalement notre façon de travailler, d’apprendre, de jouer, et de communiquer. En 2024, l’intelligence artificielle jouera un rôle essentiel dans l’amélioration de l’expérience utilisateur grâce à la RA et la VR.

En 2024, nous prévoyons que l’IA combinée à la RA et la VR offrira une expérience client plus immersive et personnalisée. Par exemple, les applications mobiles de réalité augmentée pour entreprises pourraient offrir à leurs clients la possibilité de visualiser les produits dans leur propre espace avant de les acheter. Cela pourrait améliorer considérablement l’expérience d’achat en ligne.

  L'IA et le cloud propulsent Arista vers un avenir prometteur, mais l'exécution doit être irréprochable

En outre, l’utilisation de l’IA dans les jumeaux numériques pourrait permettre de créer des simulations plus précises et réalistes. Un jumeau numérique est une réplique virtuelle d’un objet, d’une personne ou d’un système qui peut être utilisée pour la simulation, l’analyse et le contrôle. L’intelligence artificielle pourrait aider à améliorer la précision et le réalisme de ces jumeaux numériques, offrant ainsi de nouvelles possibilités dans des domaines comme la formation, le divertissement, ou la médecine.

L’émergence de l’informatique quantique et le rôle du cloud computing

D’après les prévisions de notre blog, l’informatique quantique devrait jouer un rôle majeur dans le développement de l’intelligence artificielle en 2024. Cette technologie permet de résoudre des problèmes de calcul extrêmement complexes, bien au-delà des capacités des ordinateurs classiques. Cependant, l’informatique quantique en est encore à ses débuts et de nombreux défis techniques et scientifiques restent à relever.

En revanche, le cloud computing est déjà bien établi et continuera à jouer un rôle crucial dans la mise en œuvre de l’IA. Grâce à la puissance de traitement et à la capacité de stockage qu’il offre, le cloud facilite le déploiement et l’utilisation de l’IA pour les entreprises de toutes tailles. Il permet également une mise à l’échelle rapide et efficace des applications d’IA, et favorise la collaboration entre équipes dispersées géographiquement.

Ces deux technologies, l’informatique quantique et le cloud computing, pourraient bien être les moteurs de l’explosion de l’IA en 2024. Leur potentiel combiné permettrait de créer des applications web et des applications mobiles d’IA plus puissantes et plus efficaces.

Conclusion : entre espoirs et défis, l’IA en 2024

En 2024, l’intelligence artificielle continuera probablement à dominer les discussions sur les tendances technologiques. L’essor de l’IA, avec son potentiel pour transformer de nombreux aspects de notre société, suscite à la fois des espoirs et des craintes. Les débats sur les risques et les défis de l’IA, tels que la régulation, la propriété intellectuelle et la consommation d’énergie, ne feront que s’intensifier.

  Google Cloud facilite l'accès à l'IA générative pour les entreprises, les développeurs et les gouvernements

Cependant, il convient de rappeler le potentiel immense de l’IA pour le progrès humain. De nouvelles technologies comme la réalité augmentée, l’informatique quantique et le cloud computing pourraient permettre des avancées majeures dans des domaines tels que la santé, l’éducation, la productivité et l’entertainment.

Il est donc crucial de continuer à investir dans la recherche et le développement de l’IA, tout en veillant à mettre en place des régulations appropriées pour minimiser les risques. En 2024, nous avons l’opportunité de faire un pas de géant vers un futur où l’IA joue un rôle positif et bénéfique pour l’ensemble de la société.

Retour en haut