Les choix actuels dĂ©termineront l’avenir de l’IA : succès ou catastrophe

Le compte Ă  rebours a commencĂ©. Les dĂ©cisions que nous prenons aujourd’hui façonneront l’Ă©volution de l’intelligence artificielle (IA), dĂ©terminant si elle deviendra la plus grande rĂ©alisation de l’humanitĂ© ou, comme le golem des lĂ©gendes juives, une force qui se retourne contre ses crĂ©ateurs. Après 28 ans passĂ©s au cĹ“ur de la Silicon Valley, les prĂ©occupations concernant le potentiel de l’IA Ă  provoquer un chĂ´mage massif et permanent se multiplient. Pourtant, la perspective acadĂ©mique, en particulier celle des Ă©conomistes israĂ©liens, diverge notablement de celle des technocrates de la Silicon Valley.

Plongeons ensemble dans cette discussion essentielle et urgente sur l’avenir de l’IA et ses impacts potentiels sur l’emploi. Accrochez-vous, car les enjeux sont élevés et les discussions, passionnantes.

Perspectives divergentes

La Silicon Valley et l’IA

Dans la Silicon Valley, l’idĂ©e dominante est que l’IA atteindra un niveau d’intelligence Ă©quivalent Ă  celui des humains dans quelques annĂ©es seulement, entraĂ®nant une hausse vertigineuse du chĂ´mage. Prenons par exemple Leopold Aschenbrenner, ancien chercheur chez OpenAI, qui prĂ©dit que d’ici 2025/26, les machines surpasseront de nombreux diplĂ´mĂ©s universitaires et d’ici la fin de la dĂ©cennie, elles atteindront une superintelligence. Avital Balwit de Anthropic va plus loin, spĂ©culant que le dĂ©veloppement de l’IA pourrait mettre fin Ă  l’emploi conventionnel dans les prochaines annĂ©es. Des figures technologiques comme Sam Altman, Mark Zuckerberg et Elon Musk prĂ´nent l’instauration d’un revenu universel de base (RUB) pour rĂ©pondre Ă  cette perte d’emplois de masse.

La position académique

Cependant, les économistes, notamment ceux d’Israël, soulèvent des doutes. Voici trois raisons majeures pour lesquelles les prédictions des technocrates semblent plus plausibles que celles des économistes :

  1. “Le changement est la seule constante” (HĂ©raclite) : Les Ă©conomistes ont rarement rĂ©ussi Ă  prĂ©dire les crises Ă©conomiques, comme le krach de 1929. Leurs prĂ©visions manquent souvent de prĂ©cision, alors que les technocrates ont un historique plus fiable, prĂ©voyant les avancĂ©es technologiques clĂ©s des dĂ©cennies Ă  l’avance. Ray Kurzweil, par exemple, avait prĂ©dit l’arrivĂ©e de l’IA de niveau humain pour 2029, et cette prĂ©diction semble de plus en plus rĂ©aliste.

  2. Le garçon qui criait au loup : Les économistes arguent que malgré l’essor de l’IA, le chômage n’a pas augmenté de manière significative. Pourtant, dans des secteurs plus restreints comme les plateformes de freelance, la demande pour des rôles tels que rédacteurs, développeurs web et graphistes a chuté de manière drastique. Lorsque des signaux macroéconomiques émergeront, ils pourront montrer que l’IA commence par augmenter le travail humain, mais finit par le remplacer, entraînant des pertes d’emplois.

  3. Deux pouces en bas : L’IA approche des performances humaines dans de nombreuses tâches intellectuelles. Il est probable que tout emploi rĂ©alisable via Zoom aujourd’hui pourra ĂŞtre effectuĂ© par une IA demain. Les employeurs remplaceront les humains par des IA lorsque cela sera financièrement avantageux, une leçon tirĂ©e de la rĂ©volution industrielle.

  Les 5 PC portables renforcĂ©s par la puissance de l'IA

Un avenir incertain

Les dĂ©fis de l’IA

La Silicon Valley, souvent focalisĂ©e sur un horizon restreint, peut prĂ©dire avec prĂ©cision les capacitĂ©s de l’IA mais Ă©choue frĂ©quemment Ă  anticiper l’adaptation sociĂ©tale. Les innovations rĂ©centes issues de la vallĂ©e ont eu des consĂ©quences imprĂ©vues, comme l’augmentation des suicides chez les adolescents et la radicalisation sociĂ©tale.

Le revenu universel de base est fréquemment proposé comme une solution, mais il présente des défis importants, tels que des coûts élevés et des effets complexes. Les problèmes sociaux découlant du chômage de masse ne seront pas résolus par le RUB seul. Une implication complète des économistes, des politologues et des sociologues est nécessaire pour naviguer à travers ces problèmes.

Vers une collaboration nécessaire

Dans les années à venir, l’IA devrait atteindre une intelligence surhumaine et entraîner une montée du chômage. Se préparer à ce scénario est crucial, mais ceux qui comprennent le potentiel de l’IA ne sont pas toujours équipés pour préparer la société à ses impacts, et vice versa. La morale est claire : une approche collaborative est indispensable. Les technocrates, les économistes et les décideurs politiques doivent travailler ensemble pour relever les défis et saisir les opportunités présentées par l’IA.

La nĂ©cessitĂ© d’une approche collective

Le compte Ă  rebours est enclenchĂ©. Nos dĂ©cisions d’aujourd’hui dĂ©termineront si l’IA deviendra la plus grande rĂ©ussite de l’humanitĂ© ou une force destructrice qui se retourne contre nous. La clĂ© rĂ©side dans une collaboration intense et proactive entre technocrates, Ă©conomistes et politiques. Ensemble, ils peuvent guider la sociĂ©tĂ© Ă  travers ces eaux tumultueuses vers un avenir oĂą l’IA enrichit nos vies plutĂ´t que de les compliquer.

  Les outils d'intelligence artificielle pour les dĂ©veloppeurs : un guide pratique

L’avenir de l’IA est entre nos mains. Soyons vigilants, responsables et collaboratifs afin de faire de cette révolution technologique une source de progrès pour l’humanité toute entière.

Retour en haut