George Miller utilise l’IA pour son film ‘Furiosa’, préquel de ‘Mad Max: Fury Road’

En 2015, George Miller nous avait tous captivés avec le film Mad Max: Fury Road, un chef-d’œuvre post-apocalyptique bourré d’action. Aujourd’hui, ce réalisateur visionnaire revient avec un préquel très attendu : Furiosa. Ce nouveau chapitre de la saga Mad Max se distingue non seulement par son casting éblouissant, mais aussi par son utilisation innovante de l’intelligence artificielle (IA). En combinant les traits d’Anya Taylor-Joy avec ceux de la jeune actrice Alyla Browne, Miller a réussi à créer une transition fluide entre les deux interprétations du personnage principal. Plongeons ensemble dans les détails fascinants de cette prouesse technologique.

L’IA au service de la continuité visuelle

Si vous avez eu l’occasion de voir Furiosa: A Mad Max Saga, vous avez peut-être remarqué une ressemblance frappante entre Alyla Browne, qui incarne Furiosa enfant, et Anya Taylor-Joy, qui joue le même rôle à l’âge adulte. Cette transition visuelle harmonieuse n’est pas due uniquement à un casting judicieux, mais également à l’utilisation astucieuse de l’IA.

Une idée de George Miller

George Miller avait cette idée dès le début du projet. Lors d’une interview sur The Kelly Clarkson Show, Anya Taylor-Joy a expliqué : « L’idée de George était de rendre la transition entre les deux actrices aussi fluide que possible. Je me suis livrée à des exercices incroyables pendant deux jours, et ils ont combiné nos visages. » Ainsi, au début du film, environ 35% des traits d’Anya Taylor-Joy sont superposés sur ceux d’Alyla Browne, et cette proportion augmente progressivement, atteignant environ 80% lorsque Taylor-Joy prend pleinement le rôle.

  Code Whisperer : la révolution du développement logiciel par Amazon Web Services

Les coulisses de l’effet visuel

Les détails techniques de cette réalisation n’ont pas encore été entièrement dévoilés, mais les sociétés DNEG et Framestore ont joué un rôle clé en tant que principaux fournisseurs des effets visuels du film. De plus, la start-up Metaphysic AI, spécialisée dans les outils d’IA pour le vieillissement et le rajeunissement des acteurs, apparaît dans les crédits finaux du film, laissant supposer sa contribution à cette innovation.

Lors d’une récente conférence AI on the Lot à Los Angeles, Ed Ulbrich, le directeur des contenus de Metaphysic, a révélé que leur technologie avait été utilisée dans trois films à sortir cette année, dont un projet signé Robert Zemeckis avec Tom Hanks et Robin Wright.

Ulbrich n’est pas novice dans ce domaine puisqu’il a déjà travaillé sur The Curious Case of Benjamin Button de 2008, où la technologie de vieillissement et de rajeunissement avait été mise en œuvre avec brio.

L’impact de l’IA sur l’industrie cinématographique

Des questions éthiques et légales

L’utilisation de l’IA soulève également des questions éthiques et légales. Dans son interview télévisée, Anya Taylor-Joy a évoqué ces préoccupations : « Il y a une raison pour laquelle notre industrie a fait grève en 2023. L’IA peut être effrayante, et il est crucial d’être honnête et consensuel dans son utilisation. C’est l’absence de consentement qui pose problème. » Les grèves de la SAG-AFTRA et de la WGA cette année illustrent bien les inquiétudes des professionnels face à ces nouvelles technologies.

Un outil puissant mais controversé

L’IA possède un potentiel immense pour transformer l’industrie cinématographique, comme en témoigne son utilisation récente pour créer un jeune Harrison Ford dans Indiana Jones and the Dial of Destiny. Toutefois, son adoption rapide suscite également des débats sur la protection des droits des acteurs et la nécessité de transparence.

  L'intelligence artificielle dans notre quotidien.

Une nouvelle ère pour les effets visuels

L’IA ouvre la voie à des effets visuels incroyablement réalistes et à des possibilités créatives sans précédent. Pour Furiosa, cette technologie a permis de surmonter des défis artistiques tout en offrant une expérience visuelle cohérente et immersive. L’intégration harmonieuse des traits d’Anya Taylor-Joy et d’Alyla Browne est un exemple éloquent de ce que l’IA peut réaliser lorsque utilisée de manière créative et responsable.

Conclusion

Avec Furiosa: A Mad Max Saga, George Miller nous offre non seulement une nouvelle aventure captivante, mais il repousse également les limites de ce que le cinéma peut accomplir grâce à l’intelligence artificielle. En combinant les talents d’Anya Taylor-Joy et d’Alyla Browne, tout en utilisant des techniques de pointe en matière d’effets visuels, Miller a réussi à créer une transition inédite et fluide entre deux interprétations du même personnage.

Un futur prometteur pour l’IA dans le cinéma

L’IA, bien qu’encore controversée, continue de transformer l’industrie cinématographique, ouvrant de nouvelles avenues pour les réalisateurs et les acteurs. Les avancées technologiques, comme celles vues dans Furiosa, montrent que l’avenir du cinéma pourrait être plus brillant et plus innovant que jamais, à condition que l’éthique et la transparence restent au cœur de ces développements.

Restez à l’affût, car ce n’est que le début de ce que l’IA peut apporter au septième art.

Retour en haut